dimanche 6 juillet 2014

Atelier vide, soleil couchant, céramiques utilitaires utilisés, kimchi rouge

Que dire à mes lecteurs fidèles quand je n'ai pas mis les mains dans la terre depuis un mois ?

1. Notre appartement avec atelier sur cour est à vendre.
Si vous êtes intéressé par l'acquisition d'un pied à terre artistique dans le 17e arrondissement à Paris, contactez-moi. Si l'acheteur s'avère être céramiste, je lui laisse mon four (sans programmateur, mais autrement c'est un four électrique céradel de 60 litres qui marche toujours bien).

2. L'installation dans notre nouvelle ville s'est bien passé.
Ayant grandi sur la côté atlantique, j'ai tout de suite l'impression d'être chez moi. Avec une grande différence : le soleil se couche dans l'eau. Et quelle incroyable descente.

photo by A.
Le seul bémol, c'est le mécontentement de la chatte, qui a souffert du changement et ensuite de la chaleur. Elle a perdu une tonne de poils et a adopté des habitudes bizarres, tel que les roupillons sur mes chaussures, un truc qu'elle n'aurait jamais fait auparavant.


3. J'ai changé de vaisselle.
En emballant la vaisselle à Paris, je me suis débarrassée de toutes les vielles céramiques dont je n'étais pas fière : des pièces imparfaites que j'ai gardé par ce qu'elles étaient utilisables. J'ai décidé que dans ma nouvelle cuisine, j'allais utiliser des objets que j'aurais autrement essayé de vendre.


Je profite d'une courte période pendant laquelle je tire satisfaction non pas de la création de pièces, mais de leur utilisation.

4. Il faut bien que je me serve de toute cette vaisselle...
Très rapidement on a identifié le meilleur boulanger (à deux pas de l'appart !), le primeur bio, et le supermarché asiatique. Conclusions :

  • Pâtisserie préférée : le puits d'amour. Un nom romantique et une crème inoubliable. Le matin quand je sors sur le balcon, son odeur remonte de la boulangerie et se mêle à celui des fleurs. Il faut être plus forte que moi pour lui résister.

  • Tomates jaunes : si Van Gogh était là, il les peindrait.



  • Sauce soja : ingrédient essentiel. On a survécu sans sauce soja pendant une semaine, mais ça va mieux depuis l'achat de 1,5L de Kikoman.

Comme vous voyez, on se sert de pas mal des petites bols blancs. Ils sont idéals pour le riz, la sauce soja, et le kimchi. Ce dernier a laissé une joli mare au fond du bol.



Si seulement j'avais un émail de cette couleur... il faut vraiment que je me lance dans les recherches d'émail !


dimanche 8 juin 2014

Les pieds dans l'eau !

Ça fait un moment que je n'ai pas donné de mes nouvelles, car j'étais occupée par l'organisation de notre déménagement. On se barre de Paris !!! Mais, ça c'est une longue histoire de cartons qui n'est pas très passionnante, et je préfère vous raconter une rencontre que j'ai eu sur la plage (sur la plage !!!) de notre nouvelle ville.

Il ne faisait pas très chaud sur la plage et le ciel alternait entré un soleil éclatant et des nuages qui filaient au grand galop.


À ma droite, un groupe de baigneurs se préparait à se mettre à l'eau. J'ai appris plus tard qu'il s'agit d'un club de gens qui se baignent tout l'année. À ma gauche une classe d'école est arrivée avec leurs instituteurs. Ils se sont mis sur le mur pour pique-niquer.

Moi aussi, j'avais un pique-nique : un bon morceau de manchego, un beau pain, et un sac de tomates cerises rouges et jaunes. Les tomates avaient le goût de vrais tomates de jardin, rien a voir avec les fausses tomates qu'on nous propose dans les supermarchés et chez la plupart des primeurs.

J'ai entendu une voix de fumeuse me dire, "Madame ! Hello ! Bonjour ! Guten Tag !" C'était une clocharde qui me scrutait, vraiment pas sûre de la nationalité d'une femme blonde pique-niquant dans le sable lorsqu'il ne fait pas assez chaud pour enlever sa veste. (Sauf si on fait parti du club des nageurs, bien sûr.)
J'ai rendu son bonjour et elle m'a demandé si je voulais bien partager mon pique-nique. Ayant tout un pain et tout un fromage, clairement je pouvais, et quand j'ai mis des tomates dans sa main ses yeux sont devenus énormes, comme si je lui avait donné une poignée de diamants. "Des tomates !" Elle a crié.
Elle s'est assise non loin de moi dans le sable pour manger. De temps en temps suite à une tomate elle appelait, "Madame ! Trop bon, les tomates !" "Vous avez raison !" Je criais à mon tour.
Ensuite, elle est revenue me voir. "Madame, regardez les enfants là. C'est n'importe quoi. Obligés à rester sur le mur ! Les pieds dans l'eau, ils devraient avoir les pieds dans l'eau ! Les pieds dans l'eau !" Et elle est partie se mettre les pieds dans l'eau.
Elle est restée un long moment au bord de l'eau, face à l'infini de horizon (et les pieds dans l'eau.)
En remontant la plage, je l'ai entendue chanter de sa voix rauque, "we don't need no education! We don't need no thought control!"

Le lendemain
Le jour d'après il faisait super beau. J'ai aperçu la clocharde de loin en ville. Arrivée sur la plage, j'ai revu le club des nageurs. J'ai mis mes pieds dans l'eau. Et puis, à ma grande satisfaction, j'ai pris ma première baignade de 2014.

lundi 21 avril 2014

Email sur porcelaine, email sur dragon

Pour la dernière série de porcelaines j'ai décidé de faire trois types d'émaillage. Voici le résultat.

émail craquelé + dessin 


Selon mes essais précédents, je pouvais m'attendre à un bon résultat avec cet émaillage. Et effectivement, ces objets sont sortis du four sans problèmes d'émaillage. Je me suis mise tout de suite à imaginer le genre de repas qu'on pourrait faire avec ces bols. Je mettrais mon mapo dôfu (avec ou sans viande) dans le bol orné du poulpe, le riz dans le bol avec l'encornet rouge, et la garniture (ciboule/coriandre) dans celui à l'encornet vert.   


émail transparent + dessin



Sur le grès, cet émail me fait des trous d'épingle, mais mes dernières essais indiquaient que cet émail se marie bien à la porcelaine. Cette fois encore, je n'ai pas eu des trous. Les bols sont doux au touché et lustrés comme la lune !

Seul problème : tous mes dessins ont coulé :



C'est l'engobe rouge que donne ce résultat. C'est intéressant de voir qu'il contient du bleu et c'est le bleu qui coule pendant que l'autre pigment reste stable. 

Tant pis pour ma série... je me dit 4 bols sur 12, c'est toujours ça.


émail à l'oxyde de cuivre

Le rendu est joli, mais un peu terne sur le grès. Il à également tendance à laisser des stries si la couche d'émail n'est pas parfaitement lisse. J'avais fait un essai qui m'a laissé penser que cet émail fonctionnerait peut-être mieux sur la porcelaine. Et c'est le cas.


Je vais refaire d'autres pièces avec cet émaillage jusqu'à ce que j'ai toute une série. Pareil pour les animaux. Hier je me suis donc remise à tourner des bols en porcelaine et ce matin j'ai commencé le tournassage. C'est très agréable et très étrange. Lors du tournassage, les bols qui avaient pas mal séchés redeviennent mous. Ça me donne l'impression de travailler avec une matière vivante qui s'endort ou se réveille en fonction du contact qu'on a avec lui.

Sinon, si vous suivez le blog, je suis sure que vous vous demandez quelle métamorphose ont pu subir nos dragons dans le four. Alors, les voilà :

chibi-dragon

Dinodrachen am Strand

Old Blue

Well, this post is dragon on.... back to the pot shop.


dimanche 13 avril 2014

Festival de Céramique 11e 2014

Tous les ans je visite le Festival de Céramique dans le 11e arrondissement à Paris. Les objets au Festival sont plus ou moins fonctionnels, mais souvent les arts de la table virent trop, à mon goût, vers l'Art et pas assez vers la table. J'ai tendance à me demander si un objet fonctionnel fonctionne, et si la réponse est non, alors l'objet ne m'attire plus. Le seul stand où j'étais donc tenté de faire un achat était celui de Marjolaine Berthod. Je me suis retenue en pensant à mes placards déjà débordants de poteries, mais ses pièces en terre noir ou rougeâtre avec une légère couche d'émail blanc m'ont beaucoup plue.


Ça ne veut pas dire que je n'apprécie pas les objets purement artistiques. En fait, les stands qui m'ont frappée le plus cette année privilégiaient l'esthétique plutôt que l'utilitaire. Mais c'était des objets qui ne faisaient pas semblant de vouloir accueillir des lèvres.



Que dire?
 La perfection de ces objets est comme celle d'un œuf d'oiseau sauvage
 trouvé fracturé sur un chemin. Fort et fragile à la fois.





Je vous conseil d'aller voir cet entretien avec l'artiste.
Surtout on y voit mieux ses objets qui  me rappellent
l'espace (le voyage du Petit Prince) ou la mer.
Ses créations reflètent sa joie de vivre.



Sur son site on peut voir d'autres exemples de "boîtiments".
J'ai surtout aimé les bâtiments composés de plusieurs morceaux,
 qui permettent au spectateur de devenir lui même architecte.


Si vous avez manqué le Festival dans le 11e, vous avez toujours l'opportunité de voir une belle exposition de céramiques dans les prochaines semaines : l'expo ArtCeram aura lieu du 24 avril au 18 mai au Sel à Sèvres. (Plus d'infos sur cette annonce - attention, c'est la deuxième expo sur la page.) J'ai hâte d'y voir les céramiques de Eric Soulé, entre autres. On se voit là bas ?


dimanche 23 mars 2014

Here be dragons

A. m'a rejoint dans l'atelier, où il a fabriqué des jolis oiseaux et un monstre. La créature a commencé sa vie comme un requin, mais  une fois la nageoire collée sur son front, il s'est rapidement transformé en saurien. Parfois on crée ce qu'on avait en tête. Parfois la terre se transforme toute seule.


"Et si on faisait des dragons ?" me dit-il.

Mon dragon sourit en attendant l'épreuve du feu.

Le dragon d'A., selon lui, "ressemble plus à Gojira..."

Suite à la cuisson, je prévois de mettre les dragons dans mon mini-jardin, affin de chasser les mauvais insectes.

Et à part la genèse de dragons, que se passe-t-il dans l'atelier ? Eh bien, ma nouvelle manie de la porcelaine continue avec d'autres petits bols avec un animal peint à l'intérieur.


Là, il s'agit principalement d'animaux aquatiques et de mammifères, mais qui sait... sur la prochaine série, j'y peindrai peut-être des dragons !

dimanche 16 mars 2014

Parmi les porcelaines

Hier matin, en préparant le marché, j'étais extrêmement contente des objets fraîchement sortis de mon four. Cette fois, les porcelaines sont vraiment fines et l'émaillage est particulièrement bien réussi.

Une tasse de l'année dernière se cache parmi les nouvelles porcelaines... pouvez vous l'identifier ?


Eh oui, c'est celle avec un bord bien épais comparé aux autres :


Et voici les nouvelles tasses :


Légère !


Aucun problème avec l'émail transparent ! Sur le grès il me fait toujours
des trous d'épingle. Désormais, je l'utiliserai exclusivement sur la porcelaine.


Au tournassage, j'ai remarqué que cette petite tasse avait un morceau de quelque chose dans la paroi. Lors de la cuisson, cette chose est partie, laissant un trou. A. va essayer de le remplir avec du verre, car à part ça la tasse me plait énormément. Les couleurs me rappellent des aquarelles.

Ces objets ont suscité zéro intérêt sur le marché pop up que j'ai fait hier.
Je dois arrêter de participer à ce genre d'événement car je sais d'avance que le public sera plus intéressé par les fringues que par les poteries. J'y vais quand même, poussée par l'envie d'essayer de vendre, sans réelle réflexion sur la probabilité d'y rencontrer des acheteurs de poteries.

Je dois faire plus d'effort pour participer aux marchés consacrés aux céramiques. Cette année encore je me trouve sur la liste d'attente pour deux marchés de poterie, car systématiquement je me trompe dans la composition de mon dossier. L'année dernière c'était la preuve d'assurance qui manquait, cette année j'ai envoyé la mauvaise attestation d'auto-entrepreneur. Le jour où j'exposerai sur un marché de poterie, mes objets plairont-ils au public ? 

Afin de rester optimiste suite à la déprimante journée au marché, je consacre ce billet narcissique à l'éloge des pièces sorties du four vendredi soir. Il faisait encore 90° dans le four et les porcelaines sonnaient du choc thermique. Ting ! Ting !

Le petit bol à encornet est embelli par l'émail.


Et même ce saladier que j'ai décoré dans l'espace
de 10 minutes afin de remplir le four
 - il était minuit et je voulais me coucher -
est plutôt sympa.


C'est marrant comme quoi parfois les choses faites rapidement sur un coup d'inspiration dépassent d'autres pièces longuement travaillées ou planifiées.



vendredi 14 mars 2014

Pop Up !

Selon Le Monde, les piétons et les cyclistes souffrent le moins de la pollution, alors n'ayez pas peur de sortir par ce beau temps et, surtout, venez nombreux vous baladez dans le Marais (à Paris) ce samedi. Demain (le 15 mars) vous me trouverez au Marais Pop Up Mall. 

66 rue de Turenne, à partir de 11h

J'attends l'ouverture du four pour organiser mon stand, car j'attends....

...une nouvelle séries de tasses, un peu comme celles-ci...

...et des petits bols en porcelaine avec des animaux peints dedans

Mais pour l'instant, le four est encore un peu trop chaud !