dimanche 13 avril 2014

Festival de Céramique 11e 2014

Tous les ans je visite le Festival de Céramique dans le 11e arrondissement à Paris. Les objets au Festival sont plus ou moins fonctionnels, mais souvent les arts de la table virent trop, à mon goût, vers l'Art et pas assez vers la table. J'ai tendance à me demander si un objet fonctionnel fonctionne, et si la réponse est non, alors l'objet ne m'attire plus. Le seul stand où j'étais donc tenté de faire un achat était celui de Marjolaine Berthod. Je me suis retenue en pensant à mes placards déjà débordants de poteries, mais ses pièces en terre noir ou rougeâtre avec une légère couche d'émail blanc m'ont beaucoup plue.


Ça ne veut pas dire que je n'apprécie pas les objets purement artistiques. En fait, les stands qui m'ont frappée le plus cette année privilégiaient l'esthétique plutôt que l'utilitaire. Mais c'était des objets qui ne faisaient pas semblant de vouloir accueillir des lèvres.



Que dire?
 La perfection de ces objets est comme celle d'un œuf d'oiseau sauvage
 trouvé fracturé sur un chemin. Fort et fragile à la fois.





Je vous conseil d'aller voir cet entretien avec l'artiste.
Surtout on y voit mieux ses objets qui  me rappellent
l'espace (le voyage du Petit Prince) ou la mer.
Ses créations reflètent sa joie de vivre.



Sur son site on peut voir d'autres exemples de "boîtiments".
J'ai surtout aimé les bâtiments composés de plusieurs morceaux,
 qui permettent au spectateur de devenir lui même architecte.


Si vous avez manqué le Festival dans le 11e, vous avez toujours l'opportunité de voir une belle exposition de céramiques dans les prochaines semaines : l'expo ArtCeram aura lieu du 24 avril au 18 mai au Sel à Sèvres. (Plus d'infos sur cette annonce - attention, c'est la deuxième expo sur la page.) J'ai hâte d'y voir les céramiques de Eric Soulé, entre autres. On se voit là bas ?


dimanche 23 mars 2014

Here be dragons

A. m'a rejoint dans l'atelier, où il a fabriqué des jolis oiseaux et un monstre. La créature a commencé sa vie comme un requin, mais  une fois la nageoire collée sur son front, il s'est rapidement transformé en saurien. Parfois on crée ce qu'on avait en tête. Parfois la terre se transforme toute seule.


"Et si on faisait des dragons ?" me dit-il.

Mon dragon sourit en attendant l'épreuve du feu.

Le dragon d'A., selon lui, "ressemble plus à Gojira..."

Suite à la cuisson, je prévois de mettre les dragons dans mon mini-jardin, affin de chasser les mauvais insectes.

Et à part la genèse de dragons, que se passe-t-il dans l'atelier ? Eh bien, ma nouvelle manie de la porcelaine continue avec d'autres petits bols avec un animal peint à l'intérieur.


Là, il s'agit principalement d'animaux aquatiques et de mammifères, mais qui sait... sur la prochaine série, j'y peindrai peut-être des dragons !

dimanche 16 mars 2014

Parmi les porcelaines

Hier matin, en préparant le marché, j'étais extrêmement contente des objets fraîchement sortis de mon four. Cette fois, les porcelaines sont vraiment fines et l'émaillage est particulièrement bien réussi.

Une tasse de l'année dernière se cache parmi les nouvelles porcelaines... pouvez vous l'identifier ?


Eh oui, c'est celle avec un bord bien épais comparé aux autres :


Et voici les nouvelles tasses :


Légère !


Aucun problème avec l'émail transparent ! Sur le grès il me fait toujours
des trous d'épingle. Désormais, je l'utiliserai exclusivement sur la porcelaine.


Au tournassage, j'ai remarqué que cette petite tasse avait un morceau de quelque chose dans la paroi. Lors de la cuisson, cette chose est partie, laissant un trou. A. va essayer de le remplir avec du verre, car à part ça la tasse me plait énormément. Les couleurs me rappellent des aquarelles.

Ces objets ont suscité zéro intérêt sur le marché pop up que j'ai fait hier.
Je dois arrêter de participer à ce genre d'événement car je sais d'avance que le public sera plus intéressé par les fringues que par les poteries. J'y vais quand même, poussée par l'envie d'essayer de vendre, sans réelle réflexion sur la probabilité d'y rencontrer des acheteurs de poteries.

Je dois faire plus d'effort pour participer aux marchés consacrés aux céramiques. Cette année encore je me trouve sur la liste d'attente pour deux marchés de poterie, car systématiquement je me trompe dans la composition de mon dossier. L'année dernière c'était la preuve d'assurance qui manquait, cette année j'ai envoyé la mauvaise attestation d'auto-entrepreneur. Le jour où j'exposerai sur un marché de poterie, mes objets plairont-ils au public ? 

Afin de rester optimiste suite à la déprimante journée au marché, je consacre ce billet narcissique à l'éloge des pièces sorties du four vendredi soir. Il faisait encore 90° dans le four et les porcelaines sonnaient du choc thermique. Ting ! Ting !

Le petit bol à encornet est embelli par l'émail.


Et même ce saladier que j'ai décoré dans l'espace
de 10 minutes afin de remplir le four
 - il était minuit et je voulais me coucher -
est plutôt sympa.


C'est marrant comme quoi parfois les choses faites rapidement sur un coup d'inspiration dépassent d'autres pièces longuement travaillées ou planifiées.



vendredi 14 mars 2014

Pop Up !

Selon Le Monde, les piétons et les cyclistes souffrent le moins de la pollution, alors n'ayez pas peur de sortir par ce beau temps et, surtout, venez nombreux vous baladez dans le Marais (à Paris) ce samedi. Demain (le 15 mars) vous me trouverez au Marais Pop Up Mall. 

66 rue de Turenne, à partir de 11h

J'attends l'ouverture du four pour organiser mon stand, car j'attends....

...une nouvelle séries de tasses, un peu comme celles-ci...

...et des petits bols en porcelaine avec des animaux peints dedans

Mais pour l'instant, le four est encore un peu trop chaud !

jeudi 20 février 2014

Médaillons

Suite à ma visite à l'atelier de la Salamandre, j'avais envié de créer des pièces tamponnées. Certaines pièces de Bertrand avaient des empreintes et/ou des marques qui les rendaient plus intéressantes. C'est une caractéristique que je note souvent sur les pièces cuites au four à bois. Mais pourquoi ne pas le faire sur mes pièces cuites au four électrique ?

En rentrant, j'ai tout de suite fabriqué des tampons. A présent j'en ai plusieurs, dont mes préférés sont le rond et le coquillage.



Ensuite, j'ai imprimé des motifs sur
des pièces modelées...

....composées de plaques....











 .
 ...ou tournées.


Le truc, c'est que l'intérieur d'une pièce tournée se déforme lors de l'empreinte. Je suis très satisfaite du motif sur ces tasses tournées, mais leur intérieur est légèrement vallonnée, ce qui n'étais pas mon intention à la base.

J'ai également commencé à faire des billes à partir des tampons afin de fabriquer des bijoux :

C'est ainsi que j'ai réalisé que des médaillons collés sur une pièce pouvaient être la solution au problème de la déformation des parois.

Ce matin donc, sur une séries de bols faits avec ma terre recyclée,
j'ai testé cet approche :


Il y a 3 médaillons sur chaque bol. 


On voit bien qu'il s'agit de terre recyclée : il y a des traces de porcelaine et des marques laissées par la chamotte quand j'ai fait le tournassage.

Mais je trouve les médaillons assez prometteurs, et si cette série en terre recyclée me plait après émaillage, j'en ferai d'autres avec de la terre fraîche !





mardi 11 février 2014

Distractions

La vie est pleine de distractions. Difficile de publier sur le blog quand....

...je me trouvais subitement à coté d'une mer tropicale. 
 Je suis revenue bronzée.

Ensuite, la girelle m'a appelée : "Hé ! T'as des pots à tourner !"
En ce moment je continue à travailler sur la série de porcelaines qui a eu un succès à Noël. Ça me laisse avec un mélange de porcelaine et de grès de St. Amand dans mon bac de terre à recycler. Ce mélange n'est pas facile à tourner car la porcelaine et le grès noir ont une consistance très différente. Par contre, quand je réussi à tourner un objet avec cette terre recyclée, le résultat nuageux est très satisfaisant.

Et en dehors de l'atelier il se passe plein de choses, qui en général ne méritent pas d'être racontées ici. A l'exception du la sauce miso et le choix du bon bol.
Nous avons pleins de bols dans la cuisine (étonnant, n'est-ce pas ?), les bols que je considère invendables (que A. décrit comme "expérimentaux.") C'est un plaisir de trouver le bol qui correspond à un plat, et l'autre jour j'étais très contente de l'ensemble bol + salade.
Et encore plus contente d'avoir appris à faire une sauce de salade au miso. Normalement c'est A. qui fait ce genre de salade, mais cette fois-ci il m'a expliqué comment faire. Elle est délicieuse et toute simple ! Voici les instructions :
Ingrédients salade

  • Un bloc de tofu (de préférence du tofu ferme et lisse), coupé en gros dès
  • Une courgette précuite à la vapeur (encore légèrement croquante) et refroidie, coupée en gros dès

Ingrédients sauce

  • Une cuillère à soupe de pâte miso
  • Une ou deux cuillères de vinaigre de riz (selon votre goût)
  • Huile de sésame (quelques goûtes)
    Bien mélangez ces ingrédients dans un bol (en céramique) à coté de la salade. Testez, ajustez à votre goût, et versez sur la salade. Si vous avez du nanami à portée de main, mettez-en un peu - sinon, une pincée de piment d’Espelette/Cayenne devrait faire l'affaire.
Et voilà, un mois est passé très rapidement. J'imagine que c'est pareil pour vous. Mais ce mois-ci, prenez le temps de tester la salade à la sauce miso. N'oubliez pas de la mettre dans un joli bol. Miam !

dimanche 12 janvier 2014

Nouveau jouet, un art nouveau

J'ai un nouveau jouet!

Photo du catalogue Solargil
Je suis désolée que leur magasin à Ivry ferme ses portes : (

A. m'a donné une seringue à terre, un petit extrudeur qui permet de faire des spaghettis de formes diverses. Comme je venais de tourner une grande bouteille, je me suis dis, pourquoi pas le couvrir de spaghettis en me servant de mon nouveau jouet ?

Au début, je me suis servi de la terre sortie de ma bac à terre à recycler qui était presque de la barbotine en consistance. Elle s'avère être trop molle et difficile à insérer dans l'outil sans créer des poches d'air qui rendent le spaghetti irrégulier à sa sortie de la seringue. J'ai décidé d'utiliser de la terre fraîchement sortie du paquet. Il faut simplement faire un boudin de la bonne taille et l'enfoncer dans l'outil. Ça marche super bien.

J'ai fait un premier essai avec la terre molle,
et cette bande est couverte d'une deuxième faite
avec la terre en consistance normale.

Au début j'étais partie pour un truc genre art nouveau belge :
L'escalier de la maison Victor Horta à Bruxelles.
Si vous avez l'occasion de visiter Bruxelles, 
je vous conseille ce musée !

Non non, attendez, ne rigolez pas !Vraiment, au début je croyais que le vase allait être enlacé de formes vaguement végétales mais un peu aquatiques, gracieuses, mais sans identité précises. Mais... j'ai fini par faire une plante (un rosier ?) qui, sans me déplaire, ne lancera pas un nouvelle vague d'art nouveau.


 

Je ne vais pas pouvoir me prononcer sur le fait d'avoir créé du kitsch ou un objet sympathique avant de faire l'émaillage, mais l'opinion du chat est clair.

Ce qui est sûr c'est que je me suis très bien amusée avec la seringue ! Je voudrais tenter d'autres objets inspirés par l'art nouveau en passant par cet outil. Comme en ce moment je fais des perles ou d'autres petits objets pour occuper les espaces vides dans le four lors des cuissons, je vais certainement l'utiliser aussi pour la fabrication des "bijoux".

Et vous ? Que ferriez vous d'un mini extrudeur ?